3,930 vues

Depuis le 19 dĂŠcembre 2011, une rĂŠsolution de l’assemblĂŠe gĂŠnĂŠrale des Nations Unies a consacrĂŠ la date du 11 octobre comme  La journĂŠe internationale de la fille .
Ne pouvant rester en marge de la cĂŠlĂŠbration de cette journĂŠe, la Direction du Genre et de l’EquitĂŠ du Ministère de la Femme, de la Famille et de l’Enfant a organisĂŠ une rencontre ,le lundi 11 Octobre au Centre Ivoirien pour le DĂŠveloppement de la Formation Professionnelle ( CIDFOR) autour du thème : «𝐏𝐚𝐫𝐯𝐞𝐧𝐢𝐫 𝐚̀ 𝐮𝐧𝐞 𝐣𝐞𝐮𝐧𝐞𝐬𝐬𝐞 𝐬𝐨𝐥𝐢𝐝𝐚𝐢𝐫𝐞 𝐞𝐭 𝐞́𝐠𝐚𝐥𝐢𝐭𝐚𝐢𝐫𝐞 𝐩𝐨𝐮𝐫 𝐥’𝐚𝐭𝐭𝐞𝐢𝐧𝐭𝐞 𝐝𝐮 𝐝𝐞́𝐯𝐞𝐥𝐨𝐩𝐩𝐞𝐦𝐞𝐧𝐭 𝐝𝐮𝐫𝐚𝐛𝐥𝐞 𝐞𝐧 𝐂𝐨̂𝐭𝐞 𝐝’𝐈𝐯𝐨𝐢𝐫𝐞»

L’objectif de cette cĂŠlĂŠbration est de montrer l’engagement du ministère Ă  oeuvrer pour une fille plus entreprenante, plus responsable et plus engagĂŠe.

ReprĂŠsentant la Ministre NassĂŠnĂŠba TourĂŠ, le Directeur de Cabinet M. Djike Raymond Claude, s’est rĂŠjouit de l’organisation de cette cĂŠlĂŠbration qui passe souvent inaperçue, en dĂŠpit de son utilitĂŠ.
ÂŤLa fille reprĂŠsente un pan important de la gente  fĂŠminine. C’est la fille qui devient par la suite une femme avec des droits qui mĂŠritent d’ĂŞtre respectĂŠsÂť, a-t-il argumentĂŠ. Avant de soutenir que le gouvernement ivoirien met tout en œuvre pour l’ĂŠgalitĂŠ des chances entre les filles et les garçons. Ce qui explique l’installation  de cellule genre dans plusieurs ministères et administrations publiques.

«Considérant l’importance d’investir dans l’autonomisation des filles et des adolescentes, cette journée mondiale rappelle l’importance d’améliorer les perspectives d’avenir laissées aux jeunes filles». A t-il ajouté.

La Journée internationale de la fille réaffirme l’importance de l’éducation comme vecteur essentiel pour l’éradication de la pauvreté, et pour la pleine participation des filles à la société et dans les décisions qui les concernent.

Le fait marquant de cette cĂŠlĂŠbration est le panel dont la modĂŠration a ĂŠtĂŠ assurĂŠe par la journaliste Laurence Sauthier de la RTI.  Plusieurs panelistes se sont penchĂŠs sur les inĂŠgalitĂŠs existantes entre les filles et les garçons. Au nombre desquels Mme Agnès Kraidy, journaliste, ĂŠcrivain qui a dĂŠnoncĂŠ les inĂŠgalitĂŠs entre la fille et le garçon mais aussi dĂŠmontrĂŠ que dĂŠsormais, il n’y a pas de sciences dĂŠvolues Ă  l’homme car la fille est aussi capable d’ĂŞtre excellente dans ce domaine.

Étaient prĂŠsents, Dr Honorine KouamĂŠ Ghislaine, Directrice de la promotion de la famille reprĂŠsentante la directrice du Genre et de l’equitĂŠ Dr Tanoh Florence, les reprĂŠsentants des ministères de l’ĂŠducation nationale et de l’alphabĂŠtisation, de la rĂŠconciliation nationale,
les partenaires au dÊveloppement, les ONG, les meilleures Êlèves au BAC 2021 ainsi que leurs parents.

La journĂŠe Internationale de la  jeune fille sensibilise ĂŠgalement l’opinion publique aux inĂŠgalitĂŠs dont elles souffrent Ă  travers le monde en raison de leur sexe : accès Ă  l’éducation, nutrition, droits juridiques, soins mĂŠdicaux, protection contre la discrimination, la violence et le mariage forcĂŠ.

𝐉𝐨𝐮𝐫𝐧𝐞́𝐞 𝐈𝐧𝐭𝐞𝐫𝐧𝐚𝐭𝐢𝐨𝐧𝐚𝐥𝐞 𝐝𝐞 𝐥𝐚 𝐅𝐢𝐥𝐥𝐞 / 𝐋𝐞 𝐌𝐢𝐧𝐢𝐬𝐭𝐞̀𝐫𝐞 𝐝𝐞 𝐥𝐚 𝐅𝐞𝐦𝐦𝐞, 𝐝𝐞 𝐥𝐚 𝐅𝐚𝐦𝐢𝐥𝐥𝐞 𝐞𝐭 𝐝𝐞 𝐥’𝐄𝐧𝐟𝐚𝐧𝐭 𝐬’𝐞𝐧𝐠𝐚𝐠𝐞 𝐝’𝐚𝐯𝐚𝐧𝐭𝐚𝐠𝐞 𝐚̀ 𝐬𝐨𝐮𝐭𝐞𝐧𝐢𝐫 𝐥𝐚 𝐣𝐞𝐮𝐧𝐞 𝐟𝐢𝐥𝐥𝐞