25,540 vues

Pour son grand oral devant les députés membres de la Commission des affaires économiques et financières (CAEF) de l’Assemblée nationale, le mercredi 08 novembre 2023 à Abidjan, la ministre de la Femme, de la Famille et de l’Enfant(MFFE), Nassénéba Touré, a défendu et obtenu l’adoption du budget 2024 d’un montant de 27.077.579.157 FCFA.

 

 

 

 

Le plan d’action 2024 se décline autour de cinq axes traduits en programmes, rapporte une note d’information du ministère de la Femme, de la Famille et de l’Enfant (MFFE).

Le programme 1 porte sur la mise en œuvre d’une stratégie de mobilisation de ressources. Le programme 2 vise la promotion de la femme et l’approche du genre avec le renforcement des compétences des cellules Genre. Le programme 3 concerne la promotion et la consolidation de la famille avec le renforcement du programme de médiation familiale. Quant au programme 4, il est orienté vers la protection des enfants et adolescents vulnérables. Le programme 5 est destiné à l’autonomisation des femmes.

De plus, en 2024, le MFFE prévoit l’accentuation du plan d’urgence du retrait des enfants en situation de rue, la mise en œuvre des activités d’éveils cognitifs pour les enfants de deux à cinq ans dans les structures de base, des mécanismes de resocialisation et de réinsertion avec notamment le développement d’entreprises de taille familiale.

Aussi, la ministre envisage-t-elle d’amplifier les actions de lutte contre les VBG et d’accélérer la transition des filles et femmes vers des métiers adaptés au contexte économique. A ce titre, elle a évoqué le début de la réforme des IFEF adoptée récemment par le Gouvernement. Par ailleurs, elle a noté la continuité de la vulgarisation des instruments de protection de la famille et l’opérationnalisation de la politique nationale de la famille.

Auparavant, Nassénéba Touré a dressé le bilan des actions de 2022. Ainsi, 95,53% des crédits alloués ont été exécutés avec pour résultat, 2.417 femmes formées à l’entrepreneuriat; la prise en charge de 7.919 victimes des VBG; la sensibilisation de 181.955 personnes aux droits des femmes; l’installation de 66 cellules Genre dans les institutions, ministères et directions générales; et la production de l’annuaire statistique.

Elle a noté également la prise en charge de 10.968 enfants de la rue; 18.967 enfants inscrits et encadrés dans les structures de base; la sensibilisation de 258.728 personnes à la protection de l’enfant; la prise en charge de 5.974 enfants victimes de VBG et 260.442 OEV et leurs familles. Par ailleurs, 97.799 ménages vulnérables ont été soutenus en vivres et non-vivres.

« Ce sont ainsi plus de 800 000 personnes qui ont été touchées par nos actions à travers le pays en 2022 », a t-elle ajouté, expliquant que 21 indicateurs de performance ont été réalisés sur les 26 prévus.