9,247 vues

La ministre de la Femme, de la Famille et de l’Enfant, Madame Nassénéba Touré , a remis, mardi 9 janvier 2024 à son cabinet sis à la cité administrative du Plateau (Abidjan), les ordres de mission à quatre ONG dans le cadre de la mise en exécution du 𝙥𝙧𝙤𝙟𝙚𝙩 𝙎𝙒𝙀𝘿𝘿 (𝐀𝐮𝐭𝐨𝐧𝐨𝐦𝐢𝐬𝐚𝐭𝐢𝐨𝐧 𝐝𝐞𝐬 𝐟𝐞𝐦𝐦𝐞𝐬 𝐞𝐭 𝐝𝐮 𝐝𝐢𝐯𝐢𝐝𝐞𝐧𝐝𝐞 𝐝é𝐦𝐨𝐠𝐫𝐚𝐩𝐡𝐢𝐪𝐮𝐞 𝐚𝐮 𝐒𝐚𝐡𝐞𝐥).

Cette action marque le lancement des activités du volet 1.2 Genre comptant pour la phase II du SWEDD en Côte d’Ivoire. « A travers ce projet, ce sont 82 500 bénéficiaires, répartis dans 20 régions de notre pays qui attendent que leurs compétences de vie soient améliorées; 10.000 jeunes filles qui espèrent profiter d’opportunités économiques nouvelles grâce à des Activités Génératrices de Revenus », a relevé la ministre.

Elle a donc invité les ONG bénéficiaires à collaborer étroitement dans le temps, pour des résultats positifs afin de tirer plus de jeunes filles et de femmes des situations précaires. Elle a rappelé que l’investissement dans le capital humain demeure l´un des chantiers prioritaire du gouvernement ivoirien.

 

 

À tour de rôle, les responsables des ONG bénéficiaires, à savoir 𝐃𝐫 𝐎𝐟𝐟𝐢𝐚 𝐂𝐨𝐮𝐥𝐢𝐛𝐚𝐥𝐲 𝐌𝐚𝐝𝐢𝐚𝐫𝐚 (𝐝𝐢𝐫𝐞𝐜𝐭𝐫𝐢𝐜𝐞 𝐞𝐱é𝐜𝐮𝐭𝐢𝐯𝐞 𝐀𝐥𝐥𝐢𝐚𝐧𝐜𝐞 𝐂𝐈), 𝐌𝐦𝐞 𝐒𝐚𝐝𝐢𝐚 𝐕é𝐡𝐢 𝐓𝐨𝐮𝐫é (𝐏𝐂𝐀 𝐝𝐞 𝐆𝐅𝐌𝟑), 𝐀𝐬𝐬𝐨𝐮𝐚 𝐑𝐨𝐥𝐚𝐧𝐝 (𝐝𝐢𝐫𝐞𝐜𝐭𝐞𝐮𝐫 𝐞𝐱é𝐜𝐮𝐭𝐢𝐟 𝐝’𝐀𝐆𝐈) 𝐞𝐭 𝐁𝐫𝐨𝐮 𝐖𝐢𝐥𝐬𝐨𝐧 (𝐝𝐢𝐫𝐞𝐜𝐭𝐞𝐮𝐫 𝐞𝐱é𝐜𝐮𝐭𝐢𝐟 𝐝’𝐄𝐈𝐂𝐅), ont affirmé leur détermination à mener bien cette mission.

Cette phase du projet SWEDD concerne sept ONG, les trois autres (𝐄𝐍𝐆𝐄𝐍𝐃𝐄𝐑 𝐇𝐄𝐀𝐋𝐓𝐇, 𝐀𝐈𝐁𝐄𝐅 𝐞𝐭 𝐈𝐑𝐂) étant en attente de finalisation de leur contrat.

Lancé le 2 novembre 2015, le projet SWEDD se concentre sur les zones et territoires confrontés à de multiples fragilités dont la prévalence élevée du mariage des enfants, des grossesses précoces, la déscolarisation des filles, la mortalité maternelle.

Le projet SWEDD couvre sept pays de l’Afrique de l’Ouest et du Centre (Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Mali, Mauritanie, Niger, et Tchad). D’autres pays tels la Guinée et le Cameroun ont rejoint l’initiative en 2020